ANNUAIRE BATI ARTICLES BATI AGENDA BATI DOSSIERS BATI EVENEMENTS BATI ADHEREZ ABATI DESIGN
La Manufacture Pinton, au cœur de l’art

La Manufacture Pinton, au cœur de l’art

Depuis 150 ans, cette entreprise façonne des tapis d’exception et des tapisseries murales d’envergure.

C’est en 1867 que Jean Pinton installe ses premiers métiers de basse-lisse à Felletin dans la Creuse, ville voisine d’Aubusson, berceau de la tapisserie française. La manufacture est aujourd’hui la dernière à perpétuer la tradition de la tapisserie marchoise, selon des techniques ancestrales. Cette entreprise familiale bénéficie, depuis 2009, du label EPV « Entreprise du Patrimoine Vivant », marque de reconnaissance de l’état français qui distingue ainsi les entreprises garantes des savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence et qui soutient le « fabriqué en France ». Elle est également membre de l’association « Luxe & Excellence » qui rassemble des entreprises du Limousin appartenant à l’univers manufacturier du luxe. Ces distinctions sont autant de références pour les clients et prescripteurs souhaitant l’intervention d’un professionnel reconnu pour son respect du métier et sa maîtrise du geste. Tapisserie sur métier de basse-lisse, tapis de velours, tapis ras, noué-main, tufté-main, les artisans des ateliers Pinton façonnent des œuvres originales où les traditionnels fils de laine et de soie se mêlent aujourd’hui à des fils métalliques précieux, ou même à de délicats rubans de tulle.

 Tout l’art de la tapisserie contemporaine

Dans les ateliers Pinton, bien avant le tissage, le cartonnier-coloriste des ateliers transpose d’abord avec technique et sensibilité la maquette de l’artiste pour en tracer et annoter son agrandissement à l’échelle. Ce carton ou modèle à l’échelle, glissé sous les fils de chaîne du métier, constitue le seul guide pour les lissiers en charge de la réalisation de l’œuvre finale. Les tapisseries et les tapis ras sont manuellement exécutés sur des métiers à tisser dits de basse-lisse : les fils de chaîne portent horizontalement l’ouvrage. Riche d’un héritage de plusieurs siècles, le tissage sur métier de basse-lisse permet de réaliser des tapisseries de très grand format et se prête merveilleusement à la confection d’œuvres contemporaines. Elles sont aussi mises en valeur par la gamme de couleurs assorties au dessin du carton qui témoigne aussi du savoir-faire des artisans attachés à la maison Pinton. Ce référentiel est nourri d’échanges constants entre le coloriste, les lissiers et l’artiste. Ici, toutes les fibres sont filées et teintes à l’échantillon sur place. L’expertise du teinturier local permet de proposer une gamme de tonalités pérennes infinie. Pinton dispose aussi d’un stock d’écheveaux de plus de dix mille couleurs. Une fois le tissage terminé, les relais (absence de jonction entre deux trames de couleurs différentes) sont fermés par rentraitures (reprises faites en masquant la couture) cousues à la main. La tombée de métier est une étape émouvante : la tapisserie est déposée du métier et son endroit se dévoile enfin au regard... Le « Bolduc »,une étiquette d’identification qui porte les mentions caractéristiques de l’œuvre est cousue sur l’envers de la tapisserie. Le numéro du tirage, tissé à part entière, est rabattu et cousu au même endroit.

Tapis et tapisserie

Parmi les tapis rares, le tapis de Velours, la laine et la soie restent les matières nobles de l’art textile. Le lin, le coton, le bambou sont aussi travaillés en velours ou en bouclé auxquels s’ajoutent des nouveaux matériaux inattendus. Les tapis et moquettes Pinton sont fabriqués selon la technique artisanale du tuftage-main. Le canevas est tendu sur le cadre ; pas de chaîne ni de trame pour ce support sur lequel le motif à échelle est reporté à la main. L’implantation des fils est assurée manuellement par un pistolet sur l’envers du canevas. Côté couleurs, l’étroite proximité entre les filatures, les teinturiers et Pinton garantit la production qualitative de matières et de couleurs sur mesure. Le tapis est entièrement fini à la main : sa surface est égalisée et ses bords ourlés puis arrondis aux ciseaux. L’éventuelle opération de ciselage de motifs dans le velours intervient aussi. Pinton assure également la fabrication de tapis d’exception, avec un accompagnement étroit auprès des plasticiens, architectes ou décorateurs pour mettre en œuvre la réalisation précise de leur projet singulier : une pièce unique. Effectuées sur un métier vertical dit de haute-lisse, les opérations de tissage permettent une grande complexité de motifs et de multiplicité de couleurs. Les maquettes numériques et les échantillons se succèdent pour aboutir à « la parfaite réponse ». Pour souligner les rythmes du décor et se jouer des rapports de brillance et de matité, d’ombre et de lumière, la pure laine vierge s’associe à la soie, le lin, le coton, le bambou, le cuir, le raphia, le crin, le caoutchouc, les rubans, les fils métalliques ou synthétiques... Les différentes hauteurs de velours ou de bouclé puis le travail de ciselage renforcent l’effet visuel suggéré par les couleurs et les motifs. Perles en verre de Murano, cristaux Swarovski© ou ornements de métaux précieux peuvent être cousus dans le velours pour sublimer un tapis unique et lui offrir une nouvelle dimension.

Tapisseries décoratives et design

La manufacture propose des collections dont les matières, dimensions et couleurs peuvent être déclinées à la demande et fabriquées sur mesure au gré des désirs du client ou du prescripteur. Elle réalise également, avec des designers textiles, des collections exclusives utilisant différentes techniques (tapis, tapisseries, moquette, textiles etc..). Ces collections sont exceptionnelles de par leur recherche de matière et de dessins. D’inspiration minérale et végétale, les créations d’Ulrika Liljedahl expriment la modernité et évoquent une beauté sensuelle où les matières, les contrastes et les reliefs se jouent de la tradition et de l’innovation. Celles de Marguerite le Maire rendent hommage aux trésors simples de la nature à travers des dessins vibrants et délicats. La première collection de Saskia Vandamme est inspirée par le monde microscopique et rend visible à l’œil nu l’invisible. Les modèles sont très graphiques et le jeu des contrastes y est très présent par la couleur mais aussi par le relief et les matières qui jouent sur les effets mats et brillants. Quant à Thierry Duru, depuis plus de vingt ans, ce dessinateur ornemaniste textile, soumet aux artisans de la manufacture ses projets de tapis uniques afin de satisfaire à la demande de commanditaires essentiellement privés. À la manière des tapis dits « de Savonnerie » et en exclusivité pour Pinton, il a eu le privilège de revisiter quelques dessins d’archives oubliés pour proposer une première collection de six grands tapis d’exception, point de départ d’un projet créatif nourri de nouvelles explorations.

Une tradition de tapis et tapisseries d’art

S’inspirant du savoir-faire et de l’héritage de la maison, Pinton développe des tapis et tapisseries d’art en éditant des artistes qui créent des œuvres originales en série limitée de 8 exemplaires au maximum. L’artiste conçoit la maquette en fonction des critères techniques. C’est à la fin des années 1960 que Sonia Delaunay entreprend une longue série de travaux avec Pinton qui donneront naissance à 27 maquettes. Leur diversité reflète son goût pour les effets de matières et jeux d’épaisseurs et celui des formes épurées et rythmées. C’est avec Marie Cuttoli et Henri Laugier, son ami et collectionneur de la première heure, que Fernand Léger produit pour l’art textile, dès les années 1920-30, des tapis puis des tapisseries, avec les plus grands représentants de l’art moderne au XXème siècle, Le Corbusier, les Delaunay ou Vasarely, sans oublier Mathieu Matégot, artiste puis designer prolifique et singulier, qui a réalisé pour Pinton près de 600 cartons de tapisserie tous pensés en laine. À côté des plages de tons purs, on retrouve, dans ses œuvres, toute la gamme des teintes moyennes habituels : battages, rayures, pointillés mais aussi des mélanges judicieux de fibres colorées et des piqués pour rendre certains dégradés. Quant à l’œuvre de Christophe Tissot, elle nous invite à nous interroger sur nous-mêmes et notre environnement. De la figuration à l’onirisme en passant par l‘abstraction, l’artiste s’exprime par séries en de très grands formats visionnaires et poétiques. Sa première série monumentale « Les coqs » date de 1986. Et au XXIème siècle, les tapisseries de Maggi Hamblin, ornent l’autel de la cathédrale de Winchester. Cet artiste peintre et sculpteur, avant tout connue pour ses portraits, y a exprimé sa fascination pour la mer du Nord, ses vagues et le peuple côtier. Aujourd’hui Lucas Pinton, 5ème du nom, vient d’inaugurer une nouvelle galerie parisienne qui accueille les Editions, des pièces exceptionnelles conçues par des artistes et créateurs contemporains, en série limitée et la collection Manufacture qui permet une fabrication sur mesure et personnalisable de tapis et tapisseries. Et parmi ses dernières actions, une collaboration avec le département Art for Amnesty Project de Amnesty International pour la création de deux tapisseries qui rendent hommage à deux figures emblématiques de notre époque : John Lennon et Nelson Mandela.
Mais aussi une exposition de tapis d’artistes orchestrée par Yves Sabourin, directeur artistique et commissaire de l’exposition, qui a fait appel à des perceptions et des regards de créateurs venus d’horizons différents dans un cadre bien déterminé : la dimension du tapis. Ainsi Johan Creten, DEM 189, Maria Loizidou, François Quardon, le collectif Qobo Gas et Jean-Michel Othoniel se sont « prêtés au jeu » et ont confronté leurs créations contemporaines au savoir-faire ancestral de la maison Pinton.

 Contact :

Galerie Pinton

71, rue du Cherche-midi

75006 Paris

Tél. : 01 45 44 60 02

Site : www.ateliers-pinton.com

9, rue Préville

23500 Felletin

Tél. : 05 55 66 55 42

Site : www.pinton1867.com

 

 

Aucun avis n'a été déposé.

Champs obligatoires *

Partager

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo Pinterest Email