ANNUAIRE BATI ARTICLES BATI AGENDA BATI DOSSIERS BATI EVENEMENTS BATI ADHEREZ ABATI DESIGN
Les créations en liège misent sur l'avenir

Les créations en liège misent sur l'avenir

Souple, imperméable, léger, résistant, écologique, découvrez le liège et ses applications en décoration. 

Doté d’une belle nature, l’écorce extraite du chêne-liège – quercus suberus en latin – provenant des subéraies, forêts du bassin méditerranéen, fait partie des ressources spontanément renouvelables. Sa structure moussue, extrêmement fine (quarante millions de bulles au centimètre cube, invisibles à l’œil nu), offre une texture unique, chinée comme un minéral et douce au toucher, qui dessine un effet décoratif inédit. Son recyclage est possible en fin d’utilisation et son élimination est sans dommages pour l’environnement. Lorsqu’on récolte le liège, on ne coupe pas l’arbre, on ne le fait pas souffrir et on ne met pas en danger le forêt. On prélève seulement l’écorce qui se régénère naturellement au bout de neuf ans, temps minimum nécessaire pour obtenir sur un arbre une épaisseur de liège exploitable de quelques centimètres. Un chêne-liège exploité capte deux fois plus de CO2 que n’importe quel autre arbre. Tout le liège récolté est utilisé et même les poussières peuvent servir de combustible. La forêt de chênes-lièges abrite un écosystème de cent dix-sept espèces animales et végétales et constitue un pare-feu idéal lors des incendies…Enfin, le carbone fixé par les chênes-lièges est stocké dans le matériau brut, dans tous les produits commercialisés, et y reste pendant toute la durée de leur vie. Le recyclage retarde encore la réémission de ce carbone dans l’atmosphère.

Un matériau du développement durable

Fils de la Méditerranée, le liège est notamment transformé dans le Sud-Ouest de la France. Deux entreprises importantes, Lièges LPK, au cœur de l’Albret dans le Lot-et-Garonne, et Agglolux-CBL, dans les Landes, le transforment pour les designers. C’est dans cette dernière firme qu’en 1928, Pierre Gilardenghi a mis au point un procédé de fabrication pour agglomérer le liège. Quant à la société de Lièges LPK, ses multiples savoir-faire et matériaux composites qu’elle a développé pour offrir des solutions innovantes aux industries du bâtiment, de l’aéronautique spatiale et de la défense ne sont pas étrangères à l’intérêt qu’ils ont suscité chez les designers.

Chutes et déchets de la production des bouchons, c’est le liège mâle de moindre qualité, qui est destiné au design. Broyé en granulats, sélection selon la grosseur de leurs grains, il est ensuite aggloméré avec une résine. Sorte de colle polyuréthane ou liant (8 à 3 % de sa composition), c’est le seul composant non écologique. « Compressé à chaud et moulé par vulcanisation (torréfié et brûlé pour obtenir un coloris plus foncé), il est ensuite tourné et usiné à la façon du bois. Mais, plus délicat à transformer que ce dernier, il réclame les connaissances de véritables professionnels. On ne peut pas le scier, mais on le découpe avec des lames de cutter et son usinage par machines à commandes numériques réclame de recourir à des spécialistes », précise le designer Xavier Clochard. Sous l’action de la chaleur, il gonfle et ses particules changent de volume, offrant des qualités d’isolant thermique.

Sièges expérimentaux

Le liège profite aussi de la nouvelle éthique des écodesigners et des petites maisons d’édition, à la recherche de matériaux à proximité des sites de production. Il répond ainsi parfaitement à leurs besoins avec ses qualités assez exceptionnelles. Il offre un second souffle aux objets du quotidien. Depuis 2007, Antoine Phelouzat s’intéresse au liège. De sa chaise expérimentale Corky, développée grâce à l’aide l‘Aide à projet du VIA à sa Cork & Craft Series, en passant par son tabouret Buto, il aime travailler avec de petites productions. Comme le designer Xavier Clochard, il ne veut pas faire du liège un matériau élitiste. Ils se concentrent tous les deux sur des créations made in France qui relancent l’industrie locale et des secteurs d’activité traditionnels.

Quant au designer bordelais Vincent Poujardieu, ces dalles de sol Tatami issues de plaques standard, redécoupées par fraisage pour réduire l’investissement, sont douces au toucher, étanches et n’absorbent pas la chaleur. Un matériau idéal pour créer un sol d’extérieur frais, aux abords d’une piscine.

 

Contact :

Y’a pas le feu au lac : www.yplfl.com

Xavier Clochard : www.clocdesign.com

Antoine Phelouzat : www.antoinephelouzat.com

Lièges HPK : www.lieges-hpk.com

Agglolux-CBL : www.agglolux-cbl.com

Aucun avis n'a été déposé.

Champs obligatoires *

Partager

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo Pinterest Email