ANNUAIRE BATI ARTICLES BATI AGENDA BATI DOSSIERS BATI EVENEMENTS BATI ADHEREZ ABATI DESIGN
L’aventure du verre signée Saint-Gobain

L’aventure du verre signée Saint-Gobain

L’architecture et Saint-Gobain ? Un mariage initié depuis le début du XXème siècle.

 

Les mariages qui durent ont une recette : La créativité. L’union de Saint-Gobain avec l’univers de la construction et de la décoration s’est cristallisée à travers les innovations liées au verre et les projets des architectes et designers séduits par sa magie.Depuis plus de 100 ans Saint-Gobain réinvente le verre en liaisonavec les progrès de l’architecture moderne et les idées visionnaires de ses acteurs. Avec le verre, tout semble possible. Tout commence en 1902, avec l’apparition du procédé Fourcault et la mise au point du verre à vitres qui permet le développement industriel des panneaux en verre. En 1914, Saint-Gobain compte déjà 38 usines en France et à l’étranger, dont 12 consacrées à la fabrication des vitres.

 

La transparence des années folles

Dans les années 1920, la fabrication du verre coulé en continu se développe grâce au procédé Boudin qui permet une augmentation de la productivité mais aussi de la qualité des produits. Et c’est à l’occasion de la construction des grands magasins de La Samaritaine, en 1926, que Saint-Gobain met au point des dalles de sol décoratives en verre d’un format hors norme pour les coursives. Elle permettent une meilleure diffusion de la lumière depuis les atriums et les verrières. D’une épaisseur de 4 cm, monolithique, cette dalle offre un effet optique surprenant par la superposition d’un motif carré et d’une pointe de diamant. Autre création emblématique de l’époque, la brique Névada, un pavé de verre (L 200 mm, épaisseur 40 mm) dont l’une des faces présente des reliefs avec l’aspect d’un martelage décoratif. L’autre face, concave, allège la pièce sans diminuer sa résistance et favorise la diffusion de la lumière Cette qualité essentielle mis en évidence dans la façade sur cour entièrement vitrée de la Maison de Verre de Pierre Chareau, construite en 1928.

 

Le design s’en mêle

Alors que le terme n’existe pas encore, on peut déjà, dans les années 1930, associer le verre et le design. A l’époque l’architecte et aussi décorateur. Il crée le mobilier des maisons et bâtiments dont il imagine l’enveloppe structurelle. En 1937, l’Exposition internationale de Paris présente un étonnant mobilier qui s’associe au spectaculaire pavillon de verre dessiné par Jacques Adnet. Ces pièces en verre trempé, bombé et cintré (fauteuil, canapé et table basse) forment un ensemble salon inédit imaginées par René Coulon. Une grande première dans le domaine de la décoration. Les années 1930, c’est aussi le temps d’un nouveau procédé de trempe qui donnera naissance au Radiaver, un radiateur composé de deux plaques de verre trempé sur lesquelles sont apposés deux rubans métalliques destinés à conduire un courant électrique pour réchauffer la lame d’air entre les plaques. Et cette innovation, ancêtre du procédé  de dégivrage des lunettes arrière des automobiles, est aussi le fruit de l’imagination de René Coulon.

 

Les années de tous les défis

L’année 1963 est marquée par une prouesse technique : Saint-Gobain équipe la façade du bâtiment la Maison de la Radio de doubles vitrages de 11 m de hauteur. Une vingtaine d’années plus tard, l’architecte chinois Ieoh Ming Pei recherche un verre transparence sans différence de colorimétrie, pour la habiller la Pyramide du Louvre. Non, ce n’est pas un caprice d’artiste. Il souhaite seulement que à l’intérieur, comme à l’extérieur de cette construction translucide, la couleur miel des pierres du Louvre reste identique. Pour répondre à cette demande d’exception, Saint-Gobain met spécialement au point le verre Diamant extra-clair, transparent et incolore, léger et sécurisé qui permet de réaliser des surfaces lisses sans aucune accroche visible.. Pour la réalisation de ce nouveau matériau, des sables spéciaux de la forêt de Fontainebleau et des oxydes métalliques qui offrent une qualité de verre optique. Le produit artisanal fabriqué industriellement dans un four spécial avec fusion électrique utilise également un procédé très novateur, le VEC (vitrage extérieur collé) : Il consiste à coller ensemble deux feuilles de verre, de 10 mm, chacune, dans le cas de cette réalisation. Et dans les années 1990, Saint-Gobain, met au point, avec sa filiale finlandaise Finnglas un triple vitrage transparent avec une fonction déneigement sur le verre extérieur supérieur et une fonction chauffante et anti-condensation sur le verre intérieur. Le verre chauffant E-GLAS est né pour répondre aux multiples problèmes liées à l’enneigement en hiver, soulager la verrière du poids de la neige, éviter la condensation sur les structures, tout en valorisant l’apport de lumière naturelle. En 1992, le verre actif Privalite offre une occultation temporaire de l’espace qu’il protège en passant de la transparence à la translucidité. En 1998, le stade de France accueille une ellipse intérieure faite de 1100 m2 de verre feuilleté de sécurité.

 

Le verre du 3ème millénaire

350 brevets par an, 12 centres de recherche dans le monde, 3700 chercheurs le verre Saint-Gobain est partout est omnipotent. Il est matériau du futur sans oublier son passé. En 2007, c’est le collectif 5.5 designers qui se charge dessiner le successeur du Radiaver. Baptisé Thermovit Elégance, plus efficace que son ancêtre des années 1930, il se compose de micro-couches très fines d’oxyde métallique. Quasiment invisibles à l’œil nu, elles sont insérées dans le verre qui reste parfaitement transparent. Et en 2013, Saint-Gobain met au point son verre antidérapent extra-grip choisi pour réaliser un plancher de verre pour l’aménagement et la restructuration du 1er étage de la Tour Eiffel. Ce verre tramé offre un maximum de transparence tout en offrant une sécurité maximale aux visiteurs qui peuvent marcher au-dessus de la structure en encorbellement de la fameuse dame de fer. Fort des succès passés et présents Saint-Gobain continue à innover : Verre occultant qui joue à cache-cache avec l’espace, verre coloré et couleurs à la carte, système de garde-corps en verre encastrécloisons séparatives opaques, belles et fonctionnelles, tissage mixte de fibre optique et fibre de verre ou encapsulage de textile entre deux panneaux de verre extra-clair le verre est partout et omnipotent.

 

Renseignements :

Glassolutions Saint-Gobain

18, avenue d’Alsace

92400 Courbevoie

Tél. : 0 820 810 820

Site : www.glassolutions.fr

Mail : glassinfo.fr@saint-gobain.com

 

A Glass House

4, passage Sainte-Avoye, 75003 Paris

Tél. : 01 53 01 77 00

Mail : contact@aglasshouse.com

Aucun avis n'a été déposé.

Champs obligatoires *

Partager

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo Pinterest Email